Nuit de la Résistance V au lycée Marie Curie

REFORMES BLANQUER: ÉCOLE PUBLIQUE EN DANGER !

Parents, élèves, personnels…

Nous sommes tous concernés !

Depuis la prise de fonction du Ministre de l’Education, la situation ne cesse de se dégrader dans les écoles, collèges et lycées. Pour faire des économies, le gouvernement s’entête à mettre en œuvre des réformes qui vont réduire les heures d’enseignement, dégrader les conditions d’apprentissages, limiter les qualifications et l’accès aux formations post-bac. Malgré les critiques et une opposition très majoritaire chez les acteurs de l’éducation, M. Blanquer veut faire passer en force et de façon très précipitée sa réforme avant la fin du quinquennat.

MOBILISONS-NOUS
« NUIT DE LA RESISTANCE »
LE MARDI 30 AVRIL entre 17h et 21h
LYCEE MARIE CURIE A ECHIROLLES

Soyons nombreux, parents, élèves, professeurs du 1er et du 2nde degré pour échanger , discuter et attirer l’attention des médias et du gouvernement !

Des professeur.e.s mobilisé.e.s du Lycée Marie Curie et Collectif 38 de défense du service public d’éducation

La réforme de l’école de la confiance, quelles conséquences ?

  1. A L’ÉCOLE MATERNELLE ET ELÉMENTAIRE :
    • Disparition des directions d’école = Plus d’interlocuteur-trice direct et quotidien avec les parents à l’école;
    • Scolarisation obligatoire à 3 ans = Financement des écoles privées et donc une baisse du budget pour l’école publique.
  2. AU COLLÈGE
    • Augmentation des heures supplémentaires imposées aux enseignants = Baisse de la qualité du suivi des élèves
    • Diminution des moyens = perte de qualité dans l’accompagnement et le suivi des élèves.
  3. EN LYCÉE GÉNÉRAL ET TECHNIQUE :
    • Disparition des filières en première et terminale générale remplacées par des spécialités = Orientation précoce des élèves, et choix limité aux spécialités disponibles dans le lycée de son secteur.
    • Disparition du BAC national au profit d’un BAC de plus en plus local = des diplômes qui n’auront pas la même valeur selon le lycée ou la ville où on se trouve.
    • Baisse du nombre de postes d’enseignants et donc augmentation du nombre d’élèves par classe (Environ 35) = des classes surchargées, et un suivi des élèves impossible.
    • Une sélection sur parcoursup totalement inconnue en fonction du choix des spécialités.
  4. EN LYCÉE PROFESSIONNEL :
    • Diminution des heures de cours dans les matières générales pour tous les élèves de CAP et BAC PRO = Difficultés d’accès au études supérieures notamment en BTS et à l’université;
    • Baisse de la spécialisation des élèves avec la mise en place des familles de métier = risque d’augmenter les difficultés pour trouver un emploi
    • Mixité des publics avec le mélange d’apprentis et et des élèves alors qu’ils n’ont pas le même calendrier scolaire.
  5. ET ENCORE :
    • Liberté d’expression des enseignant.es remise en cause = Fin de la communication avec les parents
    • Recrutement d’étudiant.es en licence pour enseigner = Enfants confiés à des personnels non formés.