Compte Rendu du rassemblement de grévistes du 3 juillet 11h devant le rectorat

Bonjour,

Un petit compte rendu des discussions que nous avons eu ce matin (3 juillet) lors du rassemblement de 11h devant le rectorat.
Une quarantaine de personnes présentes dont vingt correcteurs-trices en grève.

Nous avons échangés sur les différents messages téléphoniques et mails reçus de l’administration en rappelant qu’il ne fallait pas répondre ou alors en ne disant rien de significatif si ce n’est que l’on prend note et/ou que l’on est gréviste.

Nous avons aussi fait état des tentatives d’intimidation du ministre par voix de presse et de ses reculades, notamment sur le nombre de jours de grève décomptés puisqu’il a fini par admettre que les correcteurs-trices ne pourront être considéré.es comme grévistes qu’à partir du moment ils-elles n’ont pas saisi les notes jusqu’au moment où ils-elles rendent les copies (soit 3 jours).

Cette pression va aller crescendo jusqu’à demain jeudi, jour de la tenue théorique des jurys. Tant que l’on est gréviste il n’y a aucun crédit à leur apporter ! On tient bon !

A été évoqué l’intérêt de diffuser auprès de nos collègues qui ne sont pas actuellement grévistes un appel à ce que celles-eux qui sont convoqué-es pour les jury demain soient alors grévistes, en soutien, et ne s’y rendent pas.
On peut alors reprendre l’appel de l’AG de Toulouse :
« Nous tenions à en avertir les collègues qui ne se seraient pas investis dans la mobilisation, car certains viennent de très loin, afin qu’ils ne se rendent pas pour rien ce jour-là dans les centres d’examen où ils seront, selon toute vraisemblance, reconvoqués dans les jours suivants. Nous les invitons par ailleurs à répondre à l’appel à la grève lancé pour ce même jour par l’assemblée générale des grévistes, même s’ils ont fait le choix de rendre leurs notes ce mardi 2 juillet. »

Dans le même ordre d’idée un appel aux universitaires présidents de jury à ne pas s’y rendre doit être lancé. Certain-es se sont déjà positionné-es dans ce sens.

Enfin nous rappelons qu’une caisse de grève académique existe. Elle compte pour l’instant 750 euros.
https://www.helloasso.com/associations/ag-de-l-education-academie-de-grenoble-via-sud-education

Pour avoir les différents infos consultez aussi le blog du Collectif de Défence de l’Education
https://blog.cde38.org/

Bonne journée

Jean-Christophe