Contre la réouverture des écoles et établissements à partir du 11 mai

Communiqué commun du jeudi 16 avril 2020

Coordination nationale de l’Éducation (Chaîne des Bahuts et des Écoles) • Les Stylos Rouges • Bloquons Blanquer • Coordination Lycéenne Nationale • Parents pas confiants

La Coordination nationale de l’Éducation, qui se réunit depuis plusieurs mois, s’est tenue pour la cinquième fois par conférence téléphonée le mercredi 15 avril 2020 suite aux annonces de Macron et Blanquer concernant la réouverture des écoles et établissements. Elle a réuni une centaine de personnels de l’Éducation issus de 19 académies, du premier et du second degrés, de toutes catégories (enseignant.e.s d’écoles, collèges et lycées, de l’enseignement public ou privé, en Éducation prioritaire ou non, de l’enseignement adapté ou spécialisé, CPE, PsyEN, AESH…), en présence de représentant.e.s de la Coordination Lycéenne Nationale.

La Coordination nationale de l’Éducation, les Stylos Rouges, Bloquons Blanquer, la Coordination Lycéenne Nationale et Parents pas confiants déclarent :

Alors que le président du Conseil national de l’ordre des médecins estime que « la réouverture progressive des crèches, des écoles et des lycées fait courir un risque inutile » et que le président de la Fédération des médecins de France déclare que « ce choix révèle un manque absolu de logique » et que « déconfiner le milieu scolaire reviendrait à remettre le virus en circulation », Macron et le gouvernement ont accédé ce lundi 13 avril aux demandes pressantes du MEDEF pour renvoyer les travailleurs et travailleuses dans la production.

L’ouverture des crèches, écoles, collèges et lycées à partir du 11 mai – alors que les universités resteront fermées et que les examens sont annulés  – n’a pas de sens, ni sanitaire, ni pédagogique. Comment croire que le respect des gestes barrières est possible chez les élèves les plus jeunes ? Comment comprendre l’ouverture des crèches, qui ne sont pourtant pas concernées par le décrochage déploré par Blanquer ? Comment croire qu’une telle mesure est décidée dans l’intérêt des élèves, notamment de celles et ceux des classes populaires, alors que les cartes scolaires qui continuent de tomber pendant le confinement entraînent des diminutions horaires et des centaines de fermetures de classes, notamment dans les écoles et établissements relevant justement de l’éducation prioritaire ?

Nous ne ferons pas courir de « risque inutile » aux personnels, aux élèves et à leurs familles – notamment dans les classes populaires plus vulnérables – ou à la santé publique. Et lorsque les conditions sanitaires et matérielles du déconfinement seront réunies, la réouverture des écoles et établissements devra intervenir en dernier : « Il n’y a pas d’explication médicale, infectieuse ou épidémiologique à déconfiner dans le milieu scolaire en premier », comme l’explique le président de l’Ordre des médecins. Le 11 mai, ce sera donc sans nous. L’école n’est pas la garderie du MEDEF.

Notre activité dans les écoles et établissements ne pourra pas reprendre sans une désinfection totale des bâtiments et matériels scolaires, sans un dépistage systématique de tous les enfants et adultes (comme l’a préconisé le CHSCT ministériel comme condition préalable à toute réouverture des écoles et établissements), sans des tests réguliers, sans trois ou quatre masques par personne (élèves ou personnels) et par jour, sans savon, gants et gel hydro-alcoolique, sans les moyens de respecter la distanciation sociale (y compris par le dédoublement des classes), sans vraie médecine scolaire, sans vraie médecine du travail et sans vraiecommission hygiène et sécurité dans tous les établissements et toutes les circonscriptions.

Sans ces conditions, et vu les retards énormes dans la production de masques et de tests alors que la priorité absolue est d’équiper les personnels de santé, l’ouverture des écoles et établissements ne pourra donc pas avoir lieu à partir du 11 mai. Peut-être même devra-t-elle avoir lieu en septembre, comme ce sera le cas au Portugal ou en Italie. Mais tant que la réouverture fera courir le risque irresponsable d’une deuxième vague meurtrière, ce sera sans nous.

La Coordination nationale de l’Éducation, les Stylos Rouges, Bloquons Blanquer, la Coordination Lycéenne Nationale et Parents pas confiants  demandent que Macron et Blanquer reviennent à la raison et abandonnent la réouverture des crèches, écoles, collèges et lycées à partir du 11 mai.