Le collectif

Le collectif réunit des personnels/parents/élèves des établissements de Grenoble et alentours Collectif ouvert aux syndiqué.e.s comme aux non syndiqué.e.s.

Contre la réforme Blanquer des lycées généraux/technologiques/professionnels
La réforme Blanquer des lycées est vraiment dangereuse pour tout le monde éducatif, nous nous organisons donc pour lutter et militer pour une meilleure école

Les réformes Blanquer

Depuis plusieurs semaines et partout en France, la mobilisation contre la politique du Ministre Blanquer s’organise… et commence à payer (recul sur la hausse des frais d’inscription pour les doctorant·e·s étranger·ère·s). La mobilisation s’amplifie chez les enseignant·e·s, les lycéen·e·s, les parents … et les personnels de direction (200 principaux et proviseur·e·s devant le Rectorat de Rennes le 6 février 2019).

Mobilisons-nous !

Nous devons nous mobiliser et nous fédérer pour résister à la casse généralisée du service public d’éducation dont les usager·ère·s et les personnels seront les premières victimes :

  • Réformes inadaptées et à marche forcée du Bac et du lycée général, des voies technologiques et professionnelles : réduction de l’offre de formation, organisation pédagogique très contrainte, réduction du temps de formation avec examens dès le 2ème trimestre de 1ère et de Tle (entre 16 et 21 épreuves) qui ne créent pas un climat favorable à l’apprentissage, augmentation massive des effectifs élèves en tronc commun. Des programmes encyclopédiques et décousus imposés sans concertation.
  • Réductions massives de postes (aggravées par la généralisation d’heures supplémentaires imposées) et augmentation des effectifs élèves dans le secondaire.
  • Orientation trop précoce (dès le deuxième trimestre de seconde) et bradée, sans information suffisante des exigences des formations post-bac et sélection sociale induite par ParcoursSup.
  • Mépris des élèves, des parents, comme des enseignant·e·s (réforme précipitée, répression du mouvement lycéen, absence de prise en compte des instances consultatives…) et volonté de restreindre la liberté d’expression (risques et dérives de la « loi sur l’école de la confiance »).
  • Remplacement de l’égalité républicaine par la mise en concurrence des établissements (« attractivité »), des disciplines (répartition des moyens), entre personnels (chantage au poste ou au complément de service) et … entre élèves (évaluations en CP, CE1, 6ème, 2nde… + atomisation des parcours)